fbpx
skip to Main Content

Le Club dans les médias

Retrouvez ici les interventions dans la presse des membres, experts et partenaires du Club des juristes ainsi que nos communiqués de presse.

Les Sages et le Club des juristes autour de la 12e édition du Salon du livre juridique

Affiches Parisiennes - Deux ans après la dernière édition, le Club des juristes, premier think…

11e édition du Prix Olivier Debouzy : première place pour François Ost

Décideurs Magazine - Mercredi 29 juin, le jury de la onzième cérémonie du Prix Olivier…

IVG dans la Constitution : pourquoi ce projet divise les juristes

Le Point - Faut-il sanctuariser le droit à l’avortement en l’inscrivant dans la Constitution ? Les…

Est-il possible d’inscrire le droit à l’avortement dans notre Constitution ?

TF1 - Une proposition qui fait débat : Par ailleurs, certains questionnent l'utilité même d'une…

Absence de majorité absolue à l’Assemblée nationale : défis à relever et leçons à tirer pour Emmanuel Macron

Le Monde du Droit - Article d'Anne Levade, professeur de droit public à l’Université Paris…

Géants du numérique : revue des fronts antitrust à travers le globe

Alliancy Mag - Laurence Bary, experte au Club des juristes et avocate associée chez Dechert…

Solacy Avocats, le nouveau cabinet influent en contentieux et en arbitrage

Affiches Parisiennes - Léa Marion, Laura Terdjman et Arnaud Constans annoncent mettre en commun leurs…

«Lutte anti-corruption: diviser pour moins bien régner ?» Par Bernard Cazeneuve et Antoine Gaudemet

L'OPINION - Dans la proposition de loi Gauvain pour renforcer la lutte contre la corruption, l’intention des auteurs d’instaurer une démarcation claire entre les acteurs privés et publics risque, à terme, de porter atteinte aux caractères efficace et transversal des politiques publiques.

Urgence climatique : aux actionnaires d’assumer leurs responsabilités !

LES ECHOS - Le 8 octobre dernier, dans sa résolution 48/13, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies a reconnu, pour la première fois, que disposer d'un environnement propre, sain et durable est un droit humain. C'est un rappel supplémentaire pour les Etats à l'action obligatoire pour le climat. Mais ce rappel vaut aussi pour les entreprises, notamment cotées, dont l'évolution de l'impact environnemental peut inverser la donne.

[Avis d’expert] Neutralité du net : lorsque l’interdiction du zero-rating emporte tout

L'USINE NOUVELLE - Le principe de neutralité du net, qui impose de traiter tout le trafic de façon égale et sans discrimination, interdit les offres commerciales liées au zero-rating qui différencient le trafic entre applications et services sur la base de considérations commerciales. Par Francis Donnat, avocat associé à Baker McKenzie et expert du Club des juristes.

Raphaël Gauvin « il y a urgence à donner un nouvel élan à la politique de lutte contre la corruption »

AFFICHES PARISIENNES - Le président du think tank Le Club des juristes, Bernard Cazeneuve, a confirmé que les entreprises s'étaient bien emparées du dispositif. « Il faut, pour bien faire, donner aux entreprises le temps de le déployer. Il ne faut pas leur mettre la pression et savoir rester pragmatique, dans un dialogue constant », a-t-il expliqué. « J'ai pu constater, lorsque j'ai participé aux contrôles de l'AFA, le très bon niveau d'engagement des instances dirigeantes des entreprises. J'ai été extrêmement surpris, notamment compte tenu du peu de temps écoulé depuis l'adoption de cette loi, du niveau de connaissances d'un certain nombre de présidents de très grandes entreprises vis-à-vis des dispositifs de conformité, avec une communication en interne efficace pour que cette culture infuse ».

Covid-19 : après les “milliers de plaintes” déposées, les ministres peuvent-ils être condamnés ?

LCI - Dans quelles circonstances ces plaintes peuvent-elles être recevables ? La longue procédure ne semble pas avoir effrayé les plaignants. Car une fois déposées auprès de la Cour de Justice de la République, les plaintes doivent suivre un processus bien précis. "Pour qu'une plainte soit recevable, il faut que le plaignant désigne les faits et la personne qu'elle vise", explique à LCI Jacques-Henri Robert, professeur émérite de l'Université Paris II Panthéon-Assas, expert du Club des juristes. "S'il existe des éléments suffisants laissant penser qu'une infraction aurait pu être commise", alors la plainte pourra être reçue, précise David Rebut, également professeur de droit à l'Université Paris II Panthéon-Assas, et lui aussi membre du Club des juristes.

Les Sages et le Club des juristes autour de la 12e édition du Salon du livre juridique

Affiches Parisiennes - Deux ans après la dernière édition, le Club des juristes, premier think…

11e édition du Prix Olivier Debouzy : première place pour François Ost

Décideurs Magazine - Mercredi 29 juin, le jury de la onzième cérémonie du Prix Olivier…

IVG dans la Constitution : pourquoi ce projet divise les juristes

Le Point - Faut-il sanctuariser le droit à l’avortement en l’inscrivant dans la Constitution ? Les…

Est-il possible d’inscrire le droit à l’avortement dans notre Constitution ?

TF1 - Une proposition qui fait débat : Par ailleurs, certains questionnent l'utilité même d'une…

Absence de majorité absolue à l’Assemblée nationale : défis à relever et leçons à tirer pour Emmanuel Macron

Le Monde du Droit - Article d'Anne Levade, professeur de droit public à l’Université Paris…

Géants du numérique : revue des fronts antitrust à travers le globe

Alliancy Mag - Laurence Bary, experte au Club des juristes et avocate associée chez Dechert…

Solacy Avocats, le nouveau cabinet influent en contentieux et en arbitrage

Affiches Parisiennes - Léa Marion, Laura Terdjman et Arnaud Constans annoncent mettre en commun leurs…

«Lutte anti-corruption: diviser pour moins bien régner ?» Par Bernard Cazeneuve et Antoine Gaudemet

L'OPINION - Dans la proposition de loi Gauvain pour renforcer la lutte contre la corruption, l’intention des auteurs d’instaurer une démarcation claire entre les acteurs privés et publics risque, à terme, de porter atteinte aux caractères efficace et transversal des politiques publiques.

Urgence climatique : aux actionnaires d’assumer leurs responsabilités !

LES ECHOS - Le 8 octobre dernier, dans sa résolution 48/13, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies a reconnu, pour la première fois, que disposer d'un environnement propre, sain et durable est un droit humain. C'est un rappel supplémentaire pour les Etats à l'action obligatoire pour le climat. Mais ce rappel vaut aussi pour les entreprises, notamment cotées, dont l'évolution de l'impact environnemental peut inverser la donne.

[Avis d’expert] Neutralité du net : lorsque l’interdiction du zero-rating emporte tout

L'USINE NOUVELLE - Le principe de neutralité du net, qui impose de traiter tout le trafic de façon égale et sans discrimination, interdit les offres commerciales liées au zero-rating qui différencient le trafic entre applications et services sur la base de considérations commerciales. Par Francis Donnat, avocat associé à Baker McKenzie et expert du Club des juristes.

Raphaël Gauvin « il y a urgence à donner un nouvel élan à la politique de lutte contre la corruption »

AFFICHES PARISIENNES - Le président du think tank Le Club des juristes, Bernard Cazeneuve, a confirmé que les entreprises s'étaient bien emparées du dispositif. « Il faut, pour bien faire, donner aux entreprises le temps de le déployer. Il ne faut pas leur mettre la pression et savoir rester pragmatique, dans un dialogue constant », a-t-il expliqué. « J'ai pu constater, lorsque j'ai participé aux contrôles de l'AFA, le très bon niveau d'engagement des instances dirigeantes des entreprises. J'ai été extrêmement surpris, notamment compte tenu du peu de temps écoulé depuis l'adoption de cette loi, du niveau de connaissances d'un certain nombre de présidents de très grandes entreprises vis-à-vis des dispositifs de conformité, avec une communication en interne efficace pour que cette culture infuse ».

Covid-19 : après les “milliers de plaintes” déposées, les ministres peuvent-ils être condamnés ?

LCI - Dans quelles circonstances ces plaintes peuvent-elles être recevables ? La longue procédure ne semble pas avoir effrayé les plaignants. Car une fois déposées auprès de la Cour de Justice de la République, les plaintes doivent suivre un processus bien précis. "Pour qu'une plainte soit recevable, il faut que le plaignant désigne les faits et la personne qu'elle vise", explique à LCI Jacques-Henri Robert, professeur émérite de l'Université Paris II Panthéon-Assas, expert du Club des juristes. "S'il existe des éléments suffisants laissant penser qu'une infraction aurait pu être commise", alors la plainte pourra être reçue, précise David Rebut, également professeur de droit à l'Université Paris II Panthéon-Assas, et lui aussi membre du Club des juristes.
Back To Top
×Close search
Rechercher