skip to Main Content

Interview de Bernard Cazeneuve dans le nouvel Economiste

Bernard Cazeneuve, perspectives du Club des juristes en 2019 et impact des nouvelles technologies sur les professions du droit.

Le nouveau président du Club des juristes, associé du cabinet August Debouzy, détaille ici les enjeux et problématiques actuels du droit des affaires.

Ses phrases, polies comme des galets, plutôt longues, au service d’une pensée parfaitement articulée, servies par un verbe aussi maîtrisé qu’élaboré, expliquent et veulent convaincre en jouant sur le registre fin et subtil. Avec une voix davantage familière des ambiances feutrées des cabinets ministériels que des préaux d’école. Et une allure des plus british qui fleure son Savile Row. Ce proche de Laurent Fabius, qui fut tout le contraire d’un homme d’appareil avant d’être un élu, est devenu au fil de sa carrière politique un intime de la chose juridique et des arcanes du droit. Il avoue même savourer avec délice les finesses des arrêts de la Cour de cassation. Et quand se mêlent des considérations géopolitiques à ces questions juridiques – comme l’extraterritorialité revendiquée par les juges américains – ou les avancées des technologies comme l’intelligence artificielle dans les nouvelles façons de travailler, ces saveurs n’en sont que renforcées. Bernard Cazeneuve vient d’être porté à la présidence d’un think-tank chic dédié au droit, le très élitiste Club des juristes, qui traite justement toutes ces questions. Il en détaille ici les chantiers comme leurs enjeux.

Propos recueillis par Patrick Arnoux

 

Retrouvez cet article dans son intégralité sur le site du nouvel Economiste 

(Offre de consultation gratuite de l’article)

Back To Top
×Close search
Rechercher