Publications

25 novembre 2016

Aux actes dirigeants de Robin Rivaton

 

«Il n’y a rien dont l’exécution est plus difficile, la réussite plus douteuse ou le maniement plus dangereux que l’instauration d’un nouvel ordre des choses » Machiavel, Le Miroir du Prince, 1545     

Aux actes dirigeants ! Ce cri,  poussé par Robin Rivaton, économiste de talent de la nouvelle génération, il est âgé de 28 ans, résonne comme une évidence.

L’exercice politique repose  tout entier sur la confiance.  A la racine du désengagement actuel des citoyens, se trouve le sentiment de trahison entre les promesses formulées lors des campagnes électorales et l’exercice du pouvoir.  Chacun croit  savoir ce qu’il faut faire. Et pourtant personne ne le fait ! Et  l’absence de résultats nourrit la défiance.

A l’heure ou de nouvelles élections se profilent, ce livre invite chacun de nous à lire les programmes politiques  au regard de leur possibilité effective de concrétisation. Les recommandations sur quoi faire sont nombreuses. Plus rare sont celles qui présentent le pourquoi faire  et aucune ne traite du comment faire. Pourtant  le sujet prioritaire est celui de la méthode  qui explique comment choisir dans la boîte à outil de la transformation  les mesures les plus utiles, et à en user dans le bon ordre. Tout l’intérêt de ce livre est  d’initier une réflexion sur la méthode et les conditions du succès de l’action publique. Il analyse  la vie politique française des trente dernières années et le pourquoi des déceptions.  Il relève les cas de transformations réussies au sein de nombreuses entreprises  dont pourraient s’inspirer les politiques ainsi que les  bonnes pratiques observées dans de nombreux pays étrangers confrontés aux mêmes défis que nous. Evidemment, on ne gère pas l’Etat comme une entreprise mais des règles de bon sens, de sagesse populaire, s’appliquent à toutes les organisations, de la cellule familiale à la multinationale et pourquoi pas aux Etats.  Car  c’est le bon sens que les français veulent revoir comme boussole de l’action publique.  Comme le dit Guy de  Maupassant, « la méthode n’est pas un don, propre aux hommes de génie, mais l’apprentissage d’un métier permettant de devenir un homme pratique remarquable. »  Les prochaines élections  se gagneront sur des gages concrets de capacité à exécuter. Déclamer sa volonté ne suffira pas !

Les français sont, individuellement,  prêts au changement. Il appartient à nos élus de fédérer ces énergies et de nous expliquer leur méthode pour mettre  le pays en mouvement.

Car le problème c’est   la France, qui contrairement aux pays voisins n’a pas connu sa crise.  C’est un des pays les plus riches du monde qui parvient encore à financer un système, fondamentalement déséquilibré par la liquidation progressive de son  patrimoine national.

Pour une action politique efficace, l’auteur nous propose une méthode en quatre actes :

Un diagnostic clair posé au bon moment : c’est-à-dire avant d’arriver au pouvoir. Tel a été  celui du chancelier Schroeder dans l’Allemagne de 2002.  Il  doit être partagé en faisant cohabiter celui des experts et celui issu du ressenti. Et,  pour renforcer l’adhésion,  il doit  créer un sentiment d’urgence.

Une vision collective de l’avenir : C’est le moment où il faut  rallumer les étoiles, comme le disait Apollinaire.  Cette vision  qui doit être  enthousiasmante  doit être portée par un chef, un leader.      C’est un processus qu’ont bien compris les dirigeants qui reprennent des entreprises  dans des situations difficiles. Après une période faite d’échec et de démotivation  il faut offrir une vision susceptible de recréer de la croyance dans l’avenir de l’entreprise.  Il nous faut, nous aussi,  réfléchir au dessein de la France de 2025  que nous voulons.

Une stratégie,  c’est à dire  un  programme  de solution : C’est en général  la phase  la mieux préparée par les responsables politiques. Ce sont les fameuses « réformes »   qui doivent amender le modèle actuel  pour qu’il produise des effets différents sur l’environnement socio- économique.  Mais  si l’histoire se raconte autour  de la vision, la stratégie requiert de la précision et de la cohérence. Elle se définit inévitablement par rapport aux moyens qu’elle mobilise pour sa mise en œuvre et doit s’accompagner d’une bonne communication.  Bien sûr, plus le nombre d’objectifs est réduit plus l’explication est aisée.

Enfin, un plan d’exécution : Cette dimension d’exécution est essentielle et  c’est dans cette phase que nous pêchons le plus.  Commun dans l’entreprise, le plan d’action  est l’élément le plus inhabituel du projet politique.   D’après le rapport du Think–tank allemand  Bertelsmann Stiftung, mesurant la qualité de la gouvernance de différents pays développés, la France se classe au 28ème rang des pays développés en termes de capacité d’exécution, entre l’Italie et la Turquie. L’auteur analyse avec précision les  raisons pour lesquelles cette phase est complexe et le chemin qu’il convient absolument de suivre pour réformer en profondeur le pays.

La méthode proposée n’a rien de révolutionnaire en ce qu’elle est utilisée par de nombreux  gouvernements, entreprises et même, spontanément, par la plupart des  individus. C’est sa systématisation  qui semble intéressante, en réponse à une utilisation trop parcellaire, comme c’est le cas actuellement en France.  Réfléchir à la méthode à chaque instant du processus de transformation qu’on souhaite impulser est la garantie  d’être en capacité de la réaliser véritablement.

Quelle que soit l’équipe qui gouvernera la France dans les années qui viennent, elle devra obligatoirement se poser la question de la méthode. Tel est l’objet  de cet  ouvrage écrit  avec simplicité, clarté et conviction.

Aux actes dirigeants – Robin Rivaton – Editions Fayard – Février 2016

Diplômé  en économie, enseignant à Sciences Po, Robin Rivaton est consultant auprès de directions générales d’entreprises et de responsables politiques. Agé de 28 ans, il siège au Conseil scientifique de la Fondapol  et collabore avec plusieurs think-tanks  et médias. Il s’est fait remarquer pour ses travaux sur l’industrie française et la robotisation. Il est également l’auteur de La France est prête (Manitoba/Les Belles Lettres2014) Essai ; Les Belles Lettres/Fayard  232 pages