Expert

Mélanie Thill-Tayara Avocat à la Cour - Dechert LLP

Mélanie Thill-Tayara

Mélanie Thill-Tayara est spécialisée en droit de la concurrence et en droit communautaire et exerce au sein de Dechert LLP à Paris, après avoir dirigé le département Droit de la concurrence et réglementaire de Norton Rose Fulbright LLP. Elle a également passé 18 ans au sein du cabinet international Salans, à la tête du groupe de Droit Français et Communautaire de la Concurrence, après avoir travaillé pendant trois ans au sein de la Commission européenne (DG Concurrence).

Mélanie Thill-Tayara a développé une pratique contentieuse reconnue sur le marché, et représente ses clients auprès des autorités et des tribunaux français et communautaires dans des affaires d’entente ou d’abus de position dominante. Elle a également une solide expérience en matière de contrôle des concentrations, aussi bien au niveau français que communautaire, ainsi que dans la coordination de dossiers nécessitant des multi-notifications. Mélanie conseille également ses clients dans la rédaction et l’analyse de contrats de distribution, de partenariat ou de transfert de technologie.

Mélanie Thill-Tayara publie régulièrement des articles dans les revues juridiques ainsi que dans les pages juridiques de la presse économique et financière. En outre, elle est l’auteur du chapitre consacré au Droit français de la concurrence dans l’ouvrage « World Antitrust Law and Practice: a Comprehensive Manual for Lawyers and Businesses » (1995), du chapitre consacré à la France dans l’ouvrage « Getting the deal through : Private antitrust litigation « , dans « PLC Competition Handbook ». Elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences consacrées au droit de la concurrence.

Diplômée des universités de Munich et de Paris I, Mélanie est trilingue français, anglais et allemand.

L'actualité de Mélanie Thill-Tayara

  • Commission Droit de la concurrence et participations minoritaires

    1. Le Club des juristes a constitué au printemps 2013 une commission sur le « Droit de la concurrence et les participations minoritaires » quelques semaines avant la publication par la Commission européenne (la « Commission« ) d’une consultation en anglais, portant sur de possibles modifications du Règlement Concentrations, dont son éventuelle application à certaines prises de participation minoritaire dite « non-contrôlante » (ou « structural links ») afin d’en contrôler les éventuels effets anticoncurrentiels. 2. Le lancement de cette consultation publique est à saluer dans la…

    Lire la suite

  • 23 janvier 2017

    Altice et SFR à l’amende pour « gun jumping »

    L’Autorité de la concurrence réaffirme la nécessaire indépendance d’entreprises qui se rapprochent tant que l’opération n’a pas eu son feu vert. L’Autorité a sanctionné Altice Luxembourg (Numericable) et SFR Group d’une amende record de 80 millions d’euros, après transaction. Cette décision, inédite en France et en Europe, met en garde les entreprises sur le comportement à adopter durant la phase transitoire avant autorisation et rappelle à l’ordre tous ceux tentés de « brûler » les étapes. En effet, si une…

    Lire la suite

  • 23 mai 2016

    Pouvoirs d’enquête de la Commission : savoir raison garder

    La tendance semblait irréversible : les autorités de la concurrence, Commission européenne en tête, souhaitant des pouvoirs d’enquête toujours plus étendus pour détecter et sanctionner lourdement les stratégies anticoncurrentielles mises en œuvre par les entreprises. Les entreprises, de leur côté, semblaient ne disposer que d’une seule possibilité au stade de l’enquête de concurrence : coopérer encore et toujours sous peine d’être sanctionnées pour obstruction. Pourtant, par un arrêt en date du 10 mars 2016, la Cour de justice de l’Union…

    Lire la suite

  • 29 février 2016

    Concurrence et clémence : l’envers du décor

    De l’aveu même de l’Autorité de la concurrence, la procédure de clémence, qui permet à une entreprise de dénoncer sa participation à une entente, est l’outil privilégié pour détecter les accords anticoncurrentiels. D’apparence séduisante, elle présente néanmoins un caractère contraignant et un manque de prévisibilité croissant qui pourraient, à terme, nuire à son efficacité. A première vue, tout le monde y gagne : l’Autorité peut sanctionner une entente qu’elle n’aurait peut-être pas décelée et l’entreprise qui la dénonce peut mettre…

    Lire la suite

  • 2 mars 2015

    Transaction : l’occasion ratée

    La procédure de transaction envisagée par le projet de loi Macron permettra-t-elle de pallier les insuffisances de l’actuelle procédure de non-contestation des griefs – dite « NCG » – devant l’Autorité de la concurrence ? Rien n’est moins sûr ! Tout en ayant été en définitive peu utilisée depuis sa création en 2001 (18 % des décisions de sanction), la NCG parvient à attirer certaines entreprises avec l’espoir d’une réduction de 10 % de la sanction encourue, qui peut monter exceptionnellement jusqu’à 25 %. Mais à quel prix ? Renoncer à…

    Lire la suite