Expert

Elie Kleiman Avocat à la Cour, Freshfields Bruckhaus Deringer

Elie Kleiman

Avocat à la Cour, Elie Kleiman a rejoint le cabinet Freshfields Bruckhaus Deringer en août 2000 en qualité d’associé du groupe arbitrage international et contentieux. Responsable du groupe contentieux à Paris, ses compétences couvrent à la fois les domaines du contentieux devant les juridictions étatiques françaises et de l’arbitrage international.

Elie Kleiman a une grande expérience en matière de contentieux devant les juridictions étatiques françaises, sur le fond et en matière de mesures d’urgence, conservatoires ou provisoires (référé, procédures sur requêtes, mandat ad hoc et conciliation).

Il intervient également très régulièrement en qualité de conseil plaidant en matière d’arbitrage CCI, CIRDI, AAA, LCIA, NAI ou ad hoc (dont CNUDCI), y compris dans le cadre de procédures accélérées ou combinées avec des procédures étatiques, en particulier en matière de droit des sociétés, joint-ventures, fusions-acquisitions et pactes d’actionnaires ainsi que pour des contrats commerciaux à long terme, notamment dans le domaine de l’énergie et des télécoms. Il a en outre siégé en qualité d’arbitre dans plusieurs arbitrages.

Ses connaissances des différents secteurs d’activité couvrent les secteurs de l’énergie, de la chimie et des biotechnologies, de l’automobile, des institutions financières, de la construction, des transports et de la logistique, des télécommunications et des médias.

Avant de rejoindre Freshfields Bruckhaus Deringer, il était associé au sein du cabinet Jeantet & Associés, dont il a notamment dirigé le bureau de New York.

Elie Kleiman est membre de nombreuses associations (IBA, ABA, ASA, Comité Français de l’Arbitrage, IAI, NYSBA, AFLA, Southwestern Legal Foundation-Institute for Transnational Arbitration, LCIA-Young International Arbitration Group, SFDI) et intervient régulièrement dans le cadre de colloques et conférences sur l’arbitrage et le contentieux ainsi qu’à Ecole de Formation du Barreau de Paris. Il est aussi l’auteur de nombreuses publications et membre du comité éditorial et du groupe de politique rédactionnelle sur l’arbitrage international de la Revue de Droit des Affaires Internationales.

L'actualité de Elie Kleiman

  • Responsabilité de l’arbitre

    Compte tenu de l’impressionnant développement de l’arbitrage ces dernières décennies, il n’est guère surprenant d’observer une augmentation du nombre d’affaires dans lesquelles la responsabilité des arbitres est mise en cause. Il est probable que cette tendance se confirme dans les prochaines années.  À ce jour pourtant, le régime de la responsabilité des arbitres comporte toujours une large part de mystère. Or, si « tant vaut l’arbitre tant vaut l’arbitrage », il semble nécessaire que les parties puissent savoir dans quelle mesure elles…

    Lire la suite

  • Commission ad hoc Financement du procès par les tiers

    Le financement du procès par des tiers est aujourd’hui une réalité qu’il est difficile d’ignorer. La commission ad hoc sur le financement du procès par les tiers a été formée pour réfléchir à ce nouveau phénomène spéculatif dans le domaine de la justice et pour proposer une régulation adéquate de cette pratique naissante. Ce financement est le plus souvent assuré par des fonds d’investissement spécialisés qui investissent dans les contentieux commerciaux en échange d’un pourcentage sur l’issue du procès. L’objectif poursuivi étant…

    Lire la suite

  • 14 novembre 2016

    CETA : le retour du juge étatique

    L’Accord économique et commercial global (AECG ou CETA en anglais) signé le 30 octobre dernier entre l’Union Européenne et le Canada prévoit le règlement des différends entre investisseurs et Etats (RDIE) par un Tribunal permanent composé de quinze membres nommés par le Canada et l’UE. Le Tribunal statuera à charge de recours devant un organe d’appel constitué selon le même principe. La procédure suivra le règlement d’arbitrage du CIRDI ou celui de la CNUDCI et aboutira à une décision qualifiée…

    Lire la suite

  • 2 mai 2016

    Immunité souveraine d’exécution : quelles priorités ?

    Le créancier qui dispose d’un jugement ou d’une sentence arbitrale contre un l’Etat étranger peut-il saisir ses avoirs en France et lesquels ? Dans le contexte des sagas judiciaires qui opposent le fonds Elliott à l’Argentine et les actionnaires de Yukos à la Russie, l’article 24 du projet de loi Sapin 2 du 30 mars 2016, dont l’objet est de codifier le régime des immunités d’exécution, intervient, dans un sens favorable aux Etats, sur une jurisprudence conforme au droit international….

    Lire la suite

  • 29 avril 2016

    Annulation de l’arbitrage Yukos/Russie: quelles conséquences ?

    Mardi 20 avril 2016, le tribunal de district de la Haye, aux Pays-Bas, annulait les six sentences arbitrales par lesquelles un éminent panel de juristes internationaux s’était déclaré compétent, fin 2009, pour juger l’expropriation par le gouvernement russe des actionnaires du défunt groupe pétrolier Yukos et, en juillet 2014, avait condamné la Russie au versement d’indemnités d’un montant inédit de 50 milliards de dollars. Quelles sont les questions clés qui se posent ? Quel est le fondement de l’annulation ?…

    Lire la suite

  • Annulation de l’arbitrage Yukos/Russie: quelles conséquences?

    Mardi 20 avril 2016, le tribunal de district de La Haye, aux Pays-Bas, annulait les six sentences arbitrales par lesquelles un éminent panel de juristes internationaux s’était déclaré compétent, fin 2009, pour juger l’expropriation par le gouvernement russe des actionnaires du défunt groupe pétrolier Yukos et, en juillet 2014, avait condamné la Russie au versement d’indemnités d’un montant inédit de 50 milliards de dollars…   Retrouvez la suite de cette tribune d’Elie Kleiman, expert du Club des juristes sur le…

    Lire la suite

  • 25 mars 2016

    Lancement des travaux de la Commission Responsabilité de l’arbitre.

    Compte tenu de l’impressionnant développement de l’arbitrage ces dernières décennies, il n’est guère surprenant d’observer une augmentation du nombre d’affaires dans lesquelles la responsabilité des arbitres est mise en cause. Il est probable que cette tendance se confirme dans les prochaines années.  À ce jour pourtant, le régime de la responsabilité des arbitres comporte toujours une large part de mystère. Or, si « tant vaut l’arbitre tant vaut l’arbitrage », il semble nécessaire que les parties puissent savoir dans quelle mesure elles…

    Lire la suite