Expert

Bruno Quentin Avocat à la Cour, Gide Loyrette Nouel

Bruno Quentin

Diplômé de l’ESSEC et titulaire d’un DEA de droit des affaires et droit économique à l’Université de Paris II Panthéon Assas, Bruno Quentin est avocat au Barreau de Paris depuis 1995.

Il est associé du département Contentieux Pénal et Commercial au sein du cabinet d’avocats Gide Loyrette Nouel depuis 2002. Il est spécialisé dans les activités précontentieuses et contentieuses, en droit pénal des affaires, contentieux boursier, droit des sociétés, droit bancaire et financier, droit des contrats et de la responsabilité, et droit de la presse.

Il assiste des sociétés cotées et non cotées ainsi que des personnes physiques, dans des litiges pénaux, civils ou commerciaux. Il a également défendu les intérêts de personnes mises en cause dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions publiques et politiques (Ministres devant la Cour de Justice de la République, membres du Parlement, présidents de collectivités territoriales).

L'actualité de Bruno Quentin

  • 8 février 2017

    Révolution

    L’avènement d’une justice répressive « négociée » en matière financière Si c’est parfois à partir de « signaux faibles » que s’annoncent des révolutions majeures, il n’est pas interdit d’anticiper un bouleversement rapide de la justice financière, au regard de la volonté récente, mais nette, des autorités de poursuite (Parquet National Financier et AMF) de proposer de plus en plus souvent une issue négociée aux personnes poursuivies. Ainsi, à l’issue de la phase d’enquête ou d’instruction, ces dernières se voient…

    Lire la suite

  • 2 mai 2016

    Favoritisme

    Un délit à repenser Par construction, le délit de favoritisme est le fruit des amours contrariés du droit public et du droit pénal, puisqu’il vise à faire sanctionner par le juge pénal le fait de procurer à autrui « un avantage injustifié par un acte contraire aux dispositions législatives ou réglementaires ayant pour objet de garantir la liberté d’accès et l’égalité des candidats dans les marchés publics et les délégations de service public ». Alors que l’appréciation de la validité…

    Lire la suite

  • 4 mai 2015

    Impartialité

    L’impartialité du juge : un enjeu pour l’institution judiciaire L’arrêt rendu par la chambre criminelle le 13 janvier 2015 dans l’affaire AZF a retenu l’attention à double titre : d’abord parce qu’il a constitué un rebondissement judiciaire, plus de 13 ans après le terrible accident de Toulouse, mais surtout du fait de sa motivation. L’un des deux moyens de cassation retenus repose en effet sur l’existence d’un doute objectif sur l’impartialité d’un des magistrats qui avait statué en appel. Rare, ce…

    Lire la suite

  • 7 septembre 2014

    Sous l’écume de la mise en examen de Christine Lagarde, un possible non-lieu ?

    Chaque fois qu’une personne exposée médiatiquement est mise en cause dans une procédure pénale, elle ne manque jamais de se battre avec pugnacité pour se voir octroyer le discret statut de « témoin assisté » et éviter celui – plus suggestif – de « mis en examen ». A fortiori pour éviter de passer du premier au second pendant le cours de l’instruction. Christine Lagarde, mise en cause dans le volet ministériel des investigations pénales relatives à l’arbitrage Tapie, n’a…

    Lire la suite

  • 5 mai 2014

    Ministère public. Lutte contre la corruption : vers une privatisation de l’action publique ?

    Si la loi n°2013-1117du 6 décembre 2013 relative à la grande délinquance économique et financière a focalisé l’attention du public sur la création d’un procureur de la République financier, des dispositions beaucoup plus discrètes, mais à maints égards tout aussi importantes, ont été adoptées pour reconnaître à certaines associations de lutte contre la corruption, la faculté d’exercer, dans ce domaine, les droits reconnus à la partie civile, et donc de mettre en mouvement l’action publique, en lieu et place du…

    Lire la suite