skip to Main Content

Les membres du Comité scientifique ont pour mission de valider les articles à paraître afin d’en assurer la qualité et autant que possible l’absence de conflit d’intérêts entre l’auteur et le sujet.

Le Comité scientifique est composé des personnalités suivantes :

Yann Aguila

Yann Aguila

Avocat à la Cour, Bredin Prat
Gauthier Blanluet

Gauthier Blanluet

Professeur à l'Université Panthéon-Assas (Paris II) - Avocat à la Cour, Sullivan & Cromwell
Loïc Cadiet

Loïc Cadiet

Professeur à l'Ecole de Droit de la Sorbonne - Université Panthéon-Sorbonne (Paris I), Membre de l'Institut Universitaire de France
Denys De Béchillon

Denys de Béchillon

Professeur de Droit à l’Université de Pau

Olivier Fréget

Avocat à la Cour, Fréget – Tasso de Panafieu
Christophe Jamin

Christophe Jamin

Directeur de l’Ecole de Droit de Sciences Po

Pascal Lagoutte

Avocat Associé / Managing Partner, Capstan Avocats
Didier Martin

Didier Martin

Avocat à la Cour - Bredin Prat

Charte de déontologie des publications  sous l’égide du Club des juristes

Le Club des juristes n’a aucune vocation à porter une parole unique et encore moins officielle. Les textes publiés sous son égide sont et demeurent ceux de leurs auteurs. L’opinion de chacun d’eux doit être comprise et respectée comme telle.

Il n’en demeure pas moins que le Club ne s’estime pas dégagé de toute responsabilité dans la décision qu’il prend de publier sous son timbre ― aux Échos, à La Semaine juridique, sur le site du Huffington Post ― les contributions de ceux qui le sollicitent à cet effet. C’est la raison pour laquelle il a institué un Comité scientifique en son sein et l’a chargé de deux missions essentielles.

  1. Il importe en premier lieu que le travail de publication soit préservé des influences occultes. Le Club des juristes entend n’être pas instrumentalisé pour la défense d’intérêts dissimulés aux lecteurs.A cet effet :– Le Comité scientifique veille à ce que les auteurs mentionnent explicitement, dans leurs articles, la position qui est la leur lorsqu’un intérêt privé les lie d’une manière ou d’une autre au thème qu’ils entreprennent de traiter. Le Comité se réserve de leur demander des éclaircissements s’il le pense nécessaire et se donne toute latitude pour rejeter un texte s’il s’estime insuffisamment rassuré.– De plus fort, le Comité exerce une vigilance extrême lorsqu’un auteur est impliqué dans un litige en cours, comme conseil, comme partie, voire comme représentant ou salarié d’une partie. En pareil cas, il écarte par principe toute proposition. Par dérogation (rare) à cette règle, il n’envisage la publication que pour des textes dotés d’une forte valeur informative ou spéculative, présentant par ailleurs des caractéristiques irréprochables d’objectivité, d’impartialité et de neutralité de ton. Comme à chaque fois qu’un intérêt privé est susceptible d’interférer, la position de l’auteur fait évidemment l’objet d’une mention explicite.
  1. Le Comité scientifique veille en second lieu à la qualité des publications. Le format court de la plupart des articles dont il encadre la parution ne saurait tout justifier. L’information juridique délivrée au public doit être fiable et sérieuse. Par ailleurs, le Club, premier think tank juridique français, s’est donné pour mission de promouvoir dans le pays un débat juridique de qualité. Il entend faire en sorte que son travail éditorial donne l’exemple. Le Comité scientifique a donc toute latitude pour exclure un texte (ou pour demander à son auteur des modifications substantielles) s’il estime que l’argumentation exprimée est péremptoire, porteuse d’affirmations non démontrées ou trop peu respectueuses de la possibilité d’une thèse contraire.

Le Club des juristes entend donner toute la place qu’elle mérite à la vivacité des opinions et à la vitalité des controverses juridiques. C’est la raison pour laquelle il est convaincu de l’impérieuse nécessité d’une éthique la discussion. C’est tout l’objet de la présente charte.

Back To Top
×Close search
Rechercher